J'ai lu...

Printemps 2015

Gilles HENRY: CARTOUCHE ROI DU PAVE DE PARIS (éditions du Rocher)

Au temps de la Régence, Louis Dominique Garthausen, dit Cartouche (1693-1721) defraie la chronique judiciaire jusqu'à son exécution sur la roue le 28 novembre 1721. Tour à tour voleur, tricheur, meurtrier, son habileté et son art de séduire lui valent la célébrité et parfois l'admiration de ses contemporains. Redoutable, certes, à la tête d'une imposante bande de "cartouchiens", il passe pour une sorte de brigand bien-aimé. Gilles Henry nous conte ici son épopée sur le pavé de la capitale. L'aventure côtoie dans ces pages l'érudition. L'auteur s'attache à la précision issue de ses recherches approfondies sur le personnage, sa famille, ses complices et son époque. Menée avec la rigueur d'une enquête, cette biographie, au-delà de la légende, impose la réalité.  (252p, 21€)

Bernardin de SAINT-PIERRE: VOYAGE EN NORMANDIE 1775 (Texte établi, présenté et annoté par Gérard POUCHAIN) (Presses universitaires de Rouen et du Havre)

En 1775, Bernardin de Saint-Pierre, né au Havre en 1737, a 38 ans. Il a déjà parcouru une partie de l'Europe et a voyagé deux ans auparavant à l'île Maurice (Isle de France) et à la Réunion (Isle Bourbon). Il a publié la relation de ce périple dans l'océan Indien en 1773. Sans emploi, il décide le 1er mars 1775 d'aller voir sa soeur à Dieppe et voyage en bateau, à pied et à cheval, de Paris au Pays de Caux, en revenant par le Pays d'Auge et la Trappe de Soligny. En cours de route, il rédige des notes, véritable journal de voyage. C'est ce manuscrit que Gérard Pouchain nous propose après l'avoir déchiffré et annoté, non sans difficultés à résoudre. C'est un fort intéressant témoignage sur la vie rurale à la veille de la Révolution, un document qui, en outre, contribue à mieux connaître l'auteur de "Paul et Virginie". (230p, 23,50€)

Philippe DETERVILLE : FLEURS DE JEUNESSE

Fleurs de nostalgie? Sans doute, puisque l'auteur nous confie là des poèmes qu'il a écrits à la fin de son adolescence. La découverte de l'amour constitue la partie essentielle de l'ouvrage, ponctuée de "Je t'aime", entre éclats de rêve et lumineuses certitudes. Premiers émois, premiers baisers, premières illusions envolées: "J'ai perdu ma raison de vivre/ Depuis que ton coeur m'a quitté." La confidence est portée sur un rythme allègre de romance: "Un oiseau merveilleux/ A chanté sa romance/ Dans le bleu de tes yeux/ J'ai vu ton innocence." Un dernier chapitre évoque la guerre et nous livre épigrammes et fables. Fraîcheur des mots et fraîcheur d'âme.  (56p, 12€)

Hiver 2015

Daniel Lapierre: Le Solitaire du Pas du Loup (Editions du Mérite)

Un instituteur proche de la retraite, suite à une dépression, corrige des devoirs par correspondance. La grande cité où il habite le rend mal à l'aise. Il choisit de la quitter pour s'installer à la campagne. Il fait l'acquisition au lieu-dit "Le Pas du loup", en Basse-Normandie d'un bien où vivaient ses grands-parents, un endroit solitaire dans le marais. Après des premiers moments bien vécus, il ne tarde pas à déchanter en découvrant un voisinage hostile que son imagination enfiévrée change en cauchemar...C'est ici la fine analyse du vécu d'un être sensible, tourmenté par la destinée. Un récit clair et précis permet de suivre avec un intérêt croissant le cheminement de cette âme en quête de réconfort.

Claude Vancour: Dans l'atelier des nuits, poèmes somnambules" (Editions Bf)

La pensée et l'imagination survivent à la nuit la plus opaque. En ces "poèmes somnambules", l'auteur nous convie à "arpenter la nuit et trier les silences", assuré "que l'oeil voit dans le noir". La poésie n'est-elle pas l'art de sonder l'invisible et de décrypter l'énigme de nos vies? En ce riche recueil de méditations harmonieuses, puisons la magie de l'écriture, celle du papier autant que celle du ciel, de l'arbre et de l'eau.

Jean-Paul Mestas:  Face au rêve (Editions des Presses littéraires)

Ce recueil, composé en 2007, vient de voir le jour alors que son auteur a quitté ce monde le 24 novembre dernier. En cet ultime chant terrestre, la prémonition d'un avenir proche n'éteignait pas la lueur d'espérance et permettait au poète d' "offrir au silence/ Un rosaire de poésie" Dans la lignée de ses précédents ouvrages, il lie avec habileté la clarté du mot et son harmonie au mystère de la création. Ainsi le message codé peut confier son secret au lecteur séduit. Une belle leçon de sérénité.

Les Trésors de notre langue en 1001 expressions ( Points)

Trois publications antérieures sont rassemblées dans ce volume: "Les plus belles expressions de nos régions" de Pascale Lafitte-Certa; "Les expressions de nos grands-mères" de Marianne Tillier et "L'Habit ne fait pas le moine" de Gilles Henry. Chaque choix contribue à l'enrichissement de l'ensemble qui constitue un réel trésor patrimonial. Gilles Henry s'attache aux expressions sybillines qui méritent un commentaire, par exemple "une auberge espagnole", "courir le guilledou", "Jarnicoton" etc. Son travail érudit et d'une pertinente variété éveille notre bonne humeur. C'est un bon remède contre la mélancolie. Les expressions des grands-mères sont plus familières, souvent à base de comparaisons et de bon sens populaire; quant aux expressions régionales, elles attisent une légitime curiosité. Un trésor à la portée de tous!

automne 2014

Yves Petit-Loisel: Milord fantôme (Société des Ecrivains)

Réalité et fiction se marient dans cet ouvrage pour évoquer la vie aventureuse de l'amiral britannique William Sidney Smith (1764-1840) qui hanta les esprits durant la Révolution et l'Empire. On le suit en Normandie, à la prise de Toulon, à Saint Jean d'Acre, contre Bonaparte, à Paris sous la Restauration. Entre deux expéditions, il a séjourné à la prison du Temple au temps du Directoire, avant une spectaculaire évasion! L'auteur recueille sous la forme d'un vrai faux journal, étayé d'authentiques documents, les souvenirs et les confidences du héros britannique. Cette biographie rédigée au présent, d'une écriture bien maîtrisée, reconstitue la carrière d'un personnage exceptionnel, et se lit comme un roman. (289p, 18,95€)

Allée des marronniers, quand l'école d'infirmière était à Caen-Clémenceau (éditions Corlet)

Ouvrage collectif, proposé par l'association Marguerite Saulé, il constitue un précieux témoignage sur la profession d'infirmière et sur les événements de 1944 à Caen. Il aborde l'historique de la profession et de l'école implantée à l'hôpital Clémenceau de Caen jusqu'en 1969; puis il témoigne, par la plume d'anciennes élèves, de leur vie quotidienne, notamment lors des bombardements qui précédèrent la libération de la ville. Comiques ou tragiques, les souvenirs s'entremêlent selon les époques. Josette Tournerie, elle-même ancienne élève, a pris une grande part à la rédaction de ce livre qui mérite d'être lu.(161p.19,50€)

Denis Brillet: Mille raisons d'aimer Lilo (éditions Cogito ergo sum)

Lilo, six ans, n'est pas un enfant comme les autres. S'il ne manque pas d'affection, notament celle d'un frère, son aîné de cinq ans, qui lui est particulièrement attaché, son lourd handicap, mal perçu par le voisinage, contraint sa famille à changer souvent de domicile. Ils finissent par s'installer dans le Pays d'Auge, dans une demeure à l'écart de tout, en pleine campagne. Et pourtant...c'est là que va se nouer le drame! C'est un récit très contrasté, bien à l'image de la vie difficile éprouvée par les protagonistes, à la fois attendrissant et d'un réalisme très sombre. Nous retrouvons là les habituelles qualités d'écriture d'un auteur qui sait la valeur des mots. (144p, 12€)

Hubert Bodin: Le Printemps revient toujours... (Editions OREP)

En juin 1919, Eugène Van Deck, un Belge qui a participé aux combats de la Grande Guerre, arrive dans le bourge de Sommervieu, près de Bayeux. Il est porteur de l'ultime message d'un camarade disparu dans la bataille. A la ferme des Bringard, sa destination, sa présence va bouleverser la vie de toute la famille, celle d'Hortense la fille de la maison destinataire du message plus encore... Mais au-delà, cette intrusion d'un étranger dans le village ne passera pas inaperçu et entraînera bien des changements! Le récit de tous ces événements permet à l'auteur de brosser une fresque de cet après-guerre qui, à la campagne plus encore qu'à la ville, a modifié la manière de vivre en marquant un véritable changement d'époque. Hubert Bodin reconstitue avec précision le milieu paysan, ses moeurs, ses habitudes et ses tâches en attentif observateur de la vie rurale, ce qui ajoute à l'intérêt dramatique du roman un appréciable complément documentaire. (445p, 22€)

Mireille Grosjean: Trouville au temps des crinolines... (Editions Corlet)

En ce recueil de six nouvelles, deux d'entre elles, plus dramatiques, évoquent la mer et ses tempêtes, des tragédies vraiment vécues au large de Trouville au milieu du dix-neuvième siècle. La "'Petite chapelle" rend hommage aux amours contrariées d'une aristocrate et d'un pêcheur. "Le temps des crinolines" nous ramène sur la côte, à l'époque où le village se changeait en place à la mode et où le peintre Charles Mozin réalisait le meilleur de son oeuvre. L'évocation de l'Hôtel des Roches noires n'oublie pas les ombres de Proust et de Marguerite Duras. Tout cela, narré avec précision, dans un style plaisant, s'inspire, répétons-le, du, réel. Six histoires qui lient habilement l'histoire à la littérature. (131p, 15€)

printemps 2014

Dominique Marie Godfard: Le bus pour Drancy  (Chèvre feuille étoilée)

Léa, jeune immigrée juive de Bessarabie vit à Paris avec sa mère et ses soeurs depuis 1929. Le 16 juillet 1942, elle assiste à la rafle de sa mère et de sa soeur aînée, enfermées à Drancy avant d'être déportées vers Auchwitz. Toute sa vie, Léa s'est demandé pourquoi, elle et sa cadette ont été épargnées. Nonagénaire, elle livre ses confidences à la narratrice, en revisitant ce passé douloureux que son interlocutrice s'attache à reconstituer. En courts chapitres, rédigés d'un style alerte qui emporte l'adhésion du lecteur, ce livre qui tient du reportage ou de l'enquête tient en haleine d'un bout à l'autre. (150p, 15€)

 

Denis Brillet: Précis de mécanique des failles (Jacques Flament éditions)

L'auteur consacre ces nouvelles à ceux que la vie malmène: des enfants, des adolescents, des vieillards; ceux qui souffrent de la solitude, de la guerre, de la misère. Ici ou ailleurs, de l'Irlande à l'Afrique du Nord. A un moment de leur existence, un événement, une rencontre ouvrent en leur esprit une faille. Du bouleversement surgit un autre univers où seul le mystère peut offrir une issue. Chaque témoignage passionne par son authenticité et séduit par la manière de le présenter. Les qualités d'expression déjà signalées dans l'ouvrage précédent, Lignes de vie, sont ici confirmés tant l'auteur se montre attentif au mot, à la ponctuation, à la clarté. Cela mérite d'être relevé en un temps ou cela devient rare! (140p 15€)

François Vallet: Sang rancune (Editions Charles Corlet)

Cette sombre histoire policière a pour cadre un manoir du Pays d'Auge, entre Deauville et Lisieux. Le drame se noue entre des personnages hauts en couleurs, à commencer par les deux soeurs de la propriété et leur domestique muet. Querelles de famille, secrets mal vécus, intrigues villageoises: sur ce canevas se greffent des réminiscences de la dernière guerre, entre 1940 et 1944. Les rancunes bien recuites finissent par pousser au meurtre!  L'auteur présente cela avec humour, dans une manière d'écrire qui cousine parfois avec des dialogues d'Audiard retouchés par San Antonio! Divertissant. (214p, 23,50€)

Michel Lefèvre: Des héros silencieux 1939-1945 (Editions le Miroir des âmes)

Ce livre a pour objet de rompre le silence pudiquement gardé par des héros de l'ombre dont les actes ont pourtant bel et bien permis que la paix l'emporte sur la tragédie des combats. Leur témoignage, jusqu'alors trop discret, est ici mis à jour et permet d'apporter un éclairage nouveau sur les événements qui se déroulèrent en Allemagne ou lors de la bataille de Normandie autour d'Argentan et de Chambois. Ces "héros silencieux", parmi lesquels figurent l'abbé Launay et le major Baumann, à l'origine tous les deux d'un cessez-le-feu qui mit fin, dans "la poche de Chambois" à la tourmente le 21 août 1944, ont tous contribué à contrer la barbarie. Leur conduite a servi la dignité humaine et ouvert la porte aux indispensables réconciliations. (121p,20€)

Bruno Amato & Michel Lefèvre: Camembert, l'histoire d'un village à lire et à goûter (Editions Charles Corlet, préface de Claude Le Roy)

Camembert? Un nom qui évoque forcément le fromage éponyme que mit au point Marie Harel (1761-1844). Mais Camembert, c'est aussi un village et celui-ci mérite d'être conté. Le lecteur découvre ici la valeur de son sol, le charme de ses paysages bocagers si pittoresques, son histoire liée au manoir de Beaumoncel, ses coutumes, ses curiosités et, parmi elles, cette tombe du cimetière dont le mystère nous est dévoilé. Le célèvre fromage du cru n'est pas oublié, qu'il s'agisse de ses origines, de sa fabrication et de sa réputation. Le terroir est dans ces pages allié à la gastronomie. Voici donc un ouvrage à savourer, bien sûr, sans modération! (130p, 24€)

Gérard Pouchain: Les Préventoriums d'Asnelles

L'implantation dans les années 1920 à Asnelles d'un préventorium au bénéfice des enfants de cheminots ne se passe pas sans polémiques avec la municipalité. La population redoute la contagion due à la tuberculose et la nuisance au tourisme balnéaire. Gérard Pouchain a rassemblé en cet ouvrage tous les témoignages, lettres, délibérations du conseil municipal, coupures de presse...qui exposent l'historique du projet et de sa réalisation. Les deux préventoriums (garçons et filles) pourront finalement fonctionner jusqu'à l'heure de la réquisition par l'armée d'occupation en 1940. Un pan d'histoire locale qui en dit long sur la difficulté de vivre en harmonie! (124p, vendu au profit des Amis de la Grange à dîme d'Asnelles, contact: B.P.9 14960 Asnelles)

 

juin 2014

Philippe Déterville: Manoirs en Pays d'Auge, bijoux et écrins (éditions A et HS)

Ces splendides manoirs, déjà évoqués par l'auteur il y a une trentaine d'années, ont bénéficié depuis de travaux et de restauration, d'où l'intérêt de les revisiter en suivant le cours de la Touques et de l'Orbiquet, de la Dives et de la Vie, ces jolies rivières qui traversent le Pays d'Auge. D'admirables photographies dues à Philippe Déterville constituent la part privilégiée de ce bel album, mais le commentaire, certes volontairement discret, mais très riche d'informations, a aussi de quoi séduire. En nombre de ces manoirs survit l'ombre de personnalités connues, Gide à Fromentin, Proust à Cantepie, Corneille à Prétot et Charlotte Corday à Cauvigny, pour ne citer que quelques exemples. L'architecture variée des manoirs captive le regard, mais fermes, pressoirs et colombiers qui les entourent valent aussi le coup d'oeil, le tout admirablement paré de fleurs. Il y a dans cette publication de quoi nourrir l'imagination pour éveiller un désir de découverte! (316p, 45€)

 Catherine Rinaldo: Maxou et compagnie (Editions du Vieux tilleul)

Des textes et des photos mettant en scène des chats, dont Maxou, celui de l'auteure. En ce très baudelairien univers, ils se nomment Lili,Cégolène, Vagabond, Tarzan...Impossible de ne pas songer aussi aux Dialogues de bêtes de Colette, car l'image parle tout autant que les mots qui l'accompagnent. Un bel album vraiment, d'une délicatesse toute féminine mise en exergue par les talentueuses prises de vue !(110p, format A4, 25€)

hiver 2014

 

Claude Vancour: Dans ce lent silence, poèmes d'amour

(Bféditeur, illustrations Anne Mullez-Lassez)

En ces poèmes d'amour, la sensualité s'exprime en mots sériés, exempts d'emphase et de provocation: rien que la "chair" du mot, expurgée de toutes scories. Le poète, en ces évocations érotiques, recherche la source de l'extase, sans pour autant solliciter un regard de voyeur. La joute amoureuse est ainsi sublimée, sans concession à la facilité, certes, mais sans farder le réel. Un exemple parmi d'autres: "Son sein repose sur mon cou/ et ma bouche sur le creux / de son épaule / que ma main soutient/ et mon pouce explore/ ces recoins / où l'amour s'endort." (13€)

Gilles Henry: Guide normand de généalogie

(OREP, éditeur)

Erudit, biographe, éminent spécialiste de généalogie, Gilles Henry a, dans le passé, publié plusieurs guides fort appréciés à destination des chercheurs d'aïeux. Le présent ouvrage, riche de conseils, d'informations et de documents, exposé avec clarté dans un style fort plaisant, fournit aux Normands tout ce qu'ils doivent connaître avant de partir à la découverte de leurs ascendants. Plus qu'un manuel, ce guide est une invitation à mieux cerner notre histoire, celle de notre famille comme celle de notre territoire. Il est un outil indispensable pour puiser dans le passé à la recherche de nos racines. (22€, 254p)

 

Christian Gury: Le poète étranglé 

(Editions Non Lieu)

En 1910, Paul Barreau dit Paul Roba est découvert étranglé dans sa chambre parisienne. Ce jeune poète de vingt-trois ans, originaire de Nantes, a pour ami Francis Latouche, autre poète, auteur des Sonnets païens, lui aussi ancien lycéen de Nantes, qui meurt en 1913, écrasé par un autobus qui a dérapé. Tous deux ont précédé l'influence d'un condisciple Jacques Vaché, ami d'André Breton, qui est en 1919 victime d'une overdose d'opium! L'auteur évoque ici ces destins tragiques et analyse plus précisément ceux de Roba et de Latouche, chantres de la drogue et de l'homosexualité. Il nous propose une exploration précise et sans concessions de ce prélude au surréalisme qui s'est exprimé dans le groupe de Nantes. Une analyse érudite et subtile, étayée de nombreuses références. (300p 18€)

 

décembre 2013

 Brigitte Piedfert: Le Vent d'Ecorchevel (OREP éditions)

Ce roman historique nous livre une fresque médiévale au temps de la guerre de Cent ans, lorsqu' Anglais et Navarrais disputaient la couronne de France au roi de France. Enguerrand, guerrier impitoyable se saisit d'un domaine en Normandie et y fait régner la terreur. Son histoire nous est contée dans le premier tome: "Enguerrand seigneur de Corbin". Après la bataille de Cocherel en 1364, Charles le Mauvais, roi de Navarre, vaincu, doit regagner son royaume pyrénéen à Pampelune. Enguerrand le suit. Mais, en Normandie, les héritiers de ses victimes l'attendent, jurant de se venger à son retour. C'est l'objet du second tome: "La vengeance de Thybaudin". Le récit, mené habilement, clairement exprimé, reconstitue avec précision toute une époque marquée par la violence et par le fléau que représentait la peste. Il y a de quoi tenir le lecteur en haleine!  ( Chaque tome : 15€)

Claude Leprince: Petite promenade sur les sentiers de la poésie.

(Prix Louis Bouilhet 2013)

Sur les sentiers de la poésie, l'auteur grappille une scène familière, celle du battage ou des commères du lavoir, le chant d'un oiseau, la beauté d'une fleur, les joies de chaque saison: "Un village allumé par un bouquet de fleurs."  La sagesse n'est pas exclue, même si la passion amoureuse la prend au dépourvu, car il "faut vivre intensément les bonheurs naturels". L'amour, la nature, le sens de la vie composent ces "mots sélectionnés sur un lit de silence". Des mots ordinaires et des rythmes harmonieux qui séduisent.

novembre 2013

Philippe Déterville: Petit dictionnaire du patois normand de mon enfance

(Editions Charles Corlet)

L'ordre alphabétique des mots justifie le terme "dictionnaire", mais ce sont des mots choisis, ceux que l'auteur a gravés dans sa mémoire, d'où le caractère plus intime de cette présentation du patois normand. Ici, ni sémantiques racines, ni linguistiques pérégrinations, ni savantes exégèses: rien d'autre que le témoignage d'un langage qui fut celui de la grand-mère, d'un oncle ou d'un voisin, entre le Bessin et le Pays d'Auge, il y a de cela quelques lustres. Tout cela est illustré de citations empruntées à Charles Lemaître et à Henri Ermice, chantres de la plaine de Caen et du Bocage. Une plaisante promenade en vérité dans le vocable ancestral de nos enfances "quand la bûche mouronnait sous la cendre et qu'il t'ait bon d'mett" un moine dans son lit!"

 

Irène Gaultier-Leblond: Normandicontes

(Editions Charles Corlet)

Dix contes normands, dont l'action se déroule en Pays d'Auge et ailleurs ,mais toujours en terre normande. Là, les femmes mènent le jeu, plutôt dominatrices, imposant leur choix et leur volonté, qu'il s'agisse de prendre un mari ou de s'accorder une sortie. Il arrive que leur initiative tourne à leur détriment et leur laisse "un souvenir cuisant", mais le plus souvent, elles triomphent de leurs ternes partenaires. Tout cela se déroule dans un environnement populaire où se débattent ouvriers et paysans, en notre siècle et dans le précédent. La vision n'est guère optimiste, mais parle-t-on des gens sans histoires? L'écriture est fouillée, la précision y fait bon ménage avec le pittoresque et l'humour et chaque histoire, bien cernée, sans longueurs, procure, selon l'art de la nouvelle, l'inattendu du dénouement.

 

Denis Brillet: Lignes de Vie

(Jacques Flament éditeur)

Douze nouvelles, autant de tranches de vie, le long de la rivière éponyme qui coule en Pays d'Auge. Pour fil rouge, l'enfant, confronté au monde des adultes. C'est la révolte contre les carences d'affection ou de soins, contre l'incompréhension, la misère et la cruauté. Nous avons là une pertinente analyse psychologique d'une opposition vieille comme le monde entre l'idéal vers lequel tend le jeune être et la réalité à laquelle ses parents se confrontent en voulant le convaincre de les suivre. L'enfant se bat pour exister: il provoque, se venge, fugue, dans les cas les plus douloureux. Ces pages d'une écriture soignée, à la fois sobre et précise, soucieuse du mot juste et de l'harmonie de la phrase, sont bien dignes de figurer, grâce à la récompense obtenue, le Prix Gustave Flaubert, sous le signe de l'auteur de Madame Bovary!

octobre 2013

 

Luc Aldric:  Américascope, précédé de Châteaux en Cotentin et suivi de Ailleurs (Editions Charles Corlet)

Ce sont là des poèmes de jeunesse, alliant à la fois l'amour du pays -ici le Cotentin - à une verve adolescente qui s'insurge contre le conformisme, un ton de gaminerie effrontée dans la lignée d'un Rimbaud ou d'un Corbière. La nostalgie survit sous l'ironie et le sarcasme, comme la violence ne submerge pas la tendresse. Portbail, Cherbourg, Valognes sont au rendez-vous de la plume: "Je me souviens des pavés / qui luisaient sous le crachin/ quai de Caligny"... ainsi que l'ombre de Barbey d'Aurevilly et des sorciers du Mont Etenclin. L'évocation de New York et des démêlés de la famille Brown anime la satirique inspiration que tempère plutôt les visions d'"Ailleurs". Cette poésie, déchaînée de la traditionnelle prosodie, exprime avec force, sous la causticité du propos, tout le sel d'une période vécue à l'âge où l'âme a besoin d'évasions et d'insurrections.

 

été 2013

Charles Le Goffic: Le crucifié de Kéraliès (Editions Blanc & Noir)

Ce roman, paru en 1892, vient d'être réédité et il le mérite. Il conte un tragique événement,né d'une jalousie féroce, entretenue par une mystique superstitieuse, teintée de paganisme. La haine contre un frère lie un couple, sous l'emprise de l'alcool et des croyances maléfiques. Tout se déroule entre Trégastel et Perros-Guirrec, en Bretagne, bien avant la ruée des touristes vers la côte de granit rose. L'auteur, natif de Lannion, connaît à merveille la région et sait rendre l'atmosphère pétrie de légendes qui la caractérise alors. C'est là que Coupaïa et Yves-Marie, sa loque d'époux, guettent le vaillant Louis Thomassin... Un roman qui ferait frissonner par un soir de tempête!

Michel Ruffin: Le roman du masque de fer ou le secret de Douvres (Editions du Rocher)

Les livres concernant le "masque de fer" abondent. Celui-ci prend la relève et ne démérite pas. Ce roman historique propose un survol du long règne de Louis XIV puisque tout commence avec l'arrestation et le procès de Fouquet et s'achève au crépuscule du roi-soleil. Tous les personnages du grand siècle défilent et interviennent dans l'intrigue. La captivité de Fouquet au fort de Pignerol ouvre la légende du fameux prisonnier au masque, entretenue par tous ceux qui pensaient en tirer profit. En cette saga politico-policière, le romanesque prime, avec tous les rebondissements qu'il impose, mais tout cela sur un canevas historique de qualité; le tout évidemment pimenté de dialogues coquins, concession au goût de notre temps. L'auteur propose une nouvelle clé pour résoudre l'énigne et son écriture de bon aloi séduit le lecteur jusqu'à la dernière page.

Josette Tournerie : Dévergondée (Editions "Les oiseaux de papier")

Une septuagénaire malade fait un rêve étrange: son ancien amant vient la hanter et la conduit à dévider l'écheveau de leur relation amoureuse d'il y a bien longtemps!Le "fantôme" aurait-il une mission à lui confier? La vieille dame s'interroge dans une instrospection-confession, très émouvante, certes, mais lucide: ni remords, ni nostalgie en ces pages; rien qu'une analyse détaillée d'un passé que le temps a épuré de toutes scories morales. Les souvenirs affluent, les meilleurs comme les plus pénibles, et au bout de cette réminiscence, le destin, souvent malicieux, renoue au présent les fils de cette histoire, grâce à d'inattendues rencontres. C'est là un récit sobre, bien dosé en émotions, qui éveille l'intérêt dès le début et ne lâche plus.

Jocelyne Corbel : Revanche des sans-pères en Cotentin (Editions Charles Corlet)

"Une affaire de femmes", pourrait-on dire, en reprenant le titre du film de Chabrol. Ici, Murielle, mal équilibrée, a le dessein de venger les femmes de sa famille qui ont été abandonnées enceintes. Elle veut, ayant eu des rapports avec plusieurs hommes à la même époque, un enfant dont elle ne saurait qui est le père. La naissance de Léa ne la comble pas, au contraire, elle aggrave son état psychique qui fait souffrir tout son entourage,  dont Jean-Pierre, un ami d'enfance devenu son compagnon, qui se croit le géniteur. Tout cela entraîne une succession de drames qui atteignent toute la famille, y compris la petite Léa, l'enfant qui devait être "sans-père". Le roman expose ainsi avec réalisme les mutations de la cellule familiale contemporaine. Le récit, à narrateurs multiples, permet bien de témoigner des difficultés qui en découlent.

mai 2013

Catherine Sevestre-Loquet: Le Prieuré des ténèbres

(Editions Charles Corlet, collection Polars historiques)

L'intrigue, dominée ici par le poète Richard de Lison, a son importance et son intérêt, certes, poussant le lecteur à tourner les pages jusqu'à l'épilogue. Les amateurs du genre ont bien là une enquête captivante à suivre, à la découverte du coupable, car il y a mort d'hommes. Mais, ce qui à mes yeux constitue la qualité majeure de cet ouvrage, c'est le climat médiéval parfaitement reconstitué. Tout y contribue: le cadre ( les marais de Carentan ), les moeurs, la manière de s'exprimer, de se vêtir...Dès les premières pages, vous entrez dans la nuit périlleuse du treizième siècle, en 1214 pour être précis. Il y a des passages d'une telle intensité et d'une telle justesse, qu'ils font frissonner d'angoisse en ce prieuré des Bohons enneigé par l'hiver! L'amateur de romanesque et d'histoire authentique y trouve son compte. Et, en plus, c'est bien écrit. (290p. 12€)

avril 2013

Destination Normandie

En cette nouvelle collection de poche des éditions Charles Corlet viennent de paraître quatre opuscules qui invitent à la promenade pour découvrir (ou revoir) le patrimoine normand. Yves Lecouturier nous conte Caen un château dans la ville. Le monument, bâti vers 1060 au temps de Guillaume le Conquérant, a une longue histoire dont ces pages témoignent en invitant à une visite captivante. Parmi les autres titres, retenons le Mont Saint-Michel, de Reynald Guyon et Bagnoles-de-l'Orne, par Loïc Bouquerel. Chaque livret de 48 pages, abondamment illustré de photos, coûte 9€50. La même collection propose aussi un curieux Guide toutouristique, par Lydie Lefèvre (12€, 126p) à destination des personnes qui promènent leur "toutou" à la découverte de la Basse-Normandie et de ses curiosités.

Jean-Yves Nerzic : Duguay-Trouin, armateur malouin, corsaire brestois(éditions H&D)

Voici une remarquable biographie de celui qui, embarqué à 16 ans dans la course pendant la ligue d'Augsbourg, devient capitaine corsaire deux ans plus tard  et qui, pendant une douzaine d'années va multiplier les prises. La guerre de la succession d'Espagne (1702-1713) le retrouve en première ligne et sa prise de Rio de Janeiro en 1711 constitue un exploit. Duguay-Trouin achève cette existence bien remplie à Paris le 27 septembre 1736. Il avait vu le jour à Saint-Malo, dans une famille d'armateurs, en juin 1673. La présente biographie bénéficie d'une documentation hors pair, enrichie de sources inexploitées jusqu'alors. Elle  propose  un nouvel éclairage sur la vie et la carrière du valeureux corsaire. Précise, claire, elle apporte également d'utiles compléments concernant le cadre breton et les rouages administratifs de la marine royale au temps de Louis XIV et de la Régence.

Février 2013

Mireille Grosjean: Trouville au temps du choléra (éditions Charles Corlet)

Trois sur cinq de ces récits sont des faits-divers que la narratrice change en autant de nouvelles où l'art littéraire a droit de cité. C'est une manière plaisante de nous présenter ainsi Trouville d'avant-hier, "au temps du choléra" en 1832, certes, mais aussi à l'époque d'Eugène Boudin et à celle des baigneurs amenés de la capitale par le tout jeune chemin de fer. Trouville, du village rustique à la plage des estivants ! Le lecteur saura apprécier l'art de ces pages composées d'une écriture plaisante où le judicieux choix des mots parvient à redonner vie à l'évocation. (130p, 15€)

décembre 2012

Pierre Hamel: Un écrivain hors commerce

L'auteur, fils de la Hague et du Val de Saire, a vu le jour à Cherbourg. Il nous livre en ces pages ce qu'il désigne lui-même comme une "autobiobibliographie": il y parle de soi, de sa jeunesse normande, puis de sa carrière professionnelle de pharmacien, mais l'essentiel du livre consiste en une analyse exhaustive des ouvrages qu'il a publiés, notamment des poèmes qui,écrit-il, n'ont "pas plus de crédit auprès des éditeurs qu'un chien dans une boucherie"; d'où le titre choisi qu'il justifie ainsi:"je réverve l'appellation "écrivain hors commerce" à celui dont les ouvrages ne s'écoulent qu'au compte-gouttes homéopathique". "Une passion me fait vivre: la littérature" confie-t-il et nous en avons la preuve en lisant ce volume, fidèle témoin des heures passées à méditer pour écrire. (334p, 27€ Yvelinéditions-Le Dormeur du Val)

Marie Seguin : Estrella et la prédiction des Mayas

Une souveraine Maya visite en rêve la princesse Estrella. Elle lui révèle un terrible secret: la destruction de la planète est imminente! Il faut trouver la roue calendaire pour sauver le monde. Estrella, chargée de cette mission, organise avec ses amis une expédition pour le Guatemala... Ce conte pour la jeunesse, bien documenté sur la civilisation précolombienne, en phase avec les prédictions d'actualité, ménage habilement l'intérêt et s'accompagne de superbes illustrations . (album in-4°, 14,85 €, lesaventuresdestrella@gmail.com)

novembre 2012

Christophe Carichon: Jean Deuve, le seigneur de l'ombre (Artège éditions): Cette biographie expose la carrière de Jean Deuve (1918-2008), un Normand de Granville. Soldat pendant la bataille de France en 1940, Jean Deuve poursuit son cursus militaire en Afrique, aux Indes et au Laos. C''est là qu'il devient un personnage de premier plan, gouvernant une province et dirigeant le renseignement. Il termine son service au SDECE. Commence alors une autre période, celle de l'écrivain, historien, auteur de nombreux livres. L'ouvrage proposé ici est fort détaillé, documenté avec soin, il analyse avec pertinence la personnalité attachante de ce "'seigneur de l'ombre". (294p, 18€90)

Claude Lemaître: Le pan de bois lexovien (Editions Charles Corlet): Voici un magnifique album consacré à l'architecture des maisons du pays d'Auge, à Lisieux, une promenade dans les rues de la ville d'avant la guerre avec le baron de Moidrey, dont les dessins sont ici reproduits. Un tel livre ne se raconte pas, il se voit. Les reproductions d'excellentes qualités invitent à le faire. Un cadeau pour les fêtes!  (260p in 4°, 32€)

Yves-Marie Hello: Les sentiers du destin (Chez l'auteur:1 rue Leclerc 14860 Ranville): un premier roman qui analyse avec délicatesse et avec justesse les tourments de l'adolescence, ici celle de deux jeunes garçons, dont l'un envisage la prêtrise. Son parcours de séminariste l'entraîne dans de troubles incertitudes. Le problème de la vocation est clairement posé, tout comme la difficulté du choix. Tout cela est conté avec tact, sans cependant éluder les situations les plus délicates. Un regard attentif sur l'apprentissage de l'amitié et de l'amour.(232p 24€)

Irène Gaultier-Leblond: Poès'histoire (Chez l'auteur: 51B rue Victor Lépine 14000 Caen): des poèmes qui célèbrent d'illustres Normands et d'autres qui le sont moins. Loin de la biographie en vers, nous avons ici une création, qui mêle l'impression personnelle et le sentiment aux faits réels qui ont marqué l'existence de tel ou tel. La poésie est là, qu'il s'agisse d'évoquer Maupassant, Dumont d'Urville ou Thérèse Martin. (58p 15€)

Yves Marion: Quand les enfants du peuple avaient leur école (Editions Isoète): le livre a reçu cet automne le Prix André Maurois de la Société des Ecrivains Normands. Il le mérite. L'auteur expose ce que fut cette école primaire supérieure créee par Guizot en 1833 et qui prit fin en 1959 avec la suppression des Cours complémentaires. Une école qui s'adressait à tous ceux qui n'auraient pas fréquenté le lycée. Le département de la Manche sert ici d'exemple et de modèle. Cette analyse très complète, dotée d'une abondante iconographie de qualité, mérite qu'on s'y attarde. (293p 26€) Préface de Mona Ozouf.

Les métiers d'autrefois: Les éditions Charles Corlet lancent cette nouvelle collection inaugurée par quatre ouvrages de Jocelyne Corbel, consacrés respectivement à la poterie, à la vannerie, aux laveuses, aux couturières et repasseuses. Que de découvertes pour le profane dans ces monographies! Chaque recueil , présenté de manière variée en fonction du métier choisi fait bénéficier le lecteur d'une documentation de premier choix, de plaisantes illustrations et de commentaires détaillés ainsi que d'anecdotes et de témoignages. C'est un agréable et enrichissant voyage dans le temps, pas si lointain au fond, de nos ancêtres! Une excellente initiative au service de la conservation du patrimoine! (chaque recueil: 11,50€, 48 ou 64p)