Ils ont déclaré...

 

 

A méditer

Cette citation est attribuée à MIRABEAU:

 

"Les Jacobins devenus ministres ne sont pas des ministres jacobins."

 Il veut dire qu'une fois l'habit du pouvoir endossé, l'homme s'empresse de se libérer de son idéologie antérieure. C'est humain, diront tous ceux qui ne croient pas à la vertu. C'est une honte, proclameront les intégristes qui se prétendent incorruptibles. L'histoire donne toutefois raison aux premiers. A différentes époques - dont la nôtre - il suffit de remplacer le mot "jacobins" par un autre qualificatif pour comprendre qu'il n'y a rien de changé sous le soleil!

 

Liberté, liberté chérie...

La liberté, toujours citée en référence aux "valeurs républicaines" se réduit à la manière d'une peau de chagrin à mesure qu'on en parle. "Plus le droit de..." devient le leitmotiv de nos législateurs. Admettons que ces restrictions de liberté soient justifiées en partie par l'augmentation de la population et pour contribuer à la santé et à la sécurité des citoyens. La vie en société a imposé ces contraintes à toutes les époques et dans toutes les civilisations. Mais, de nos jours, l'excès l'emporte. Presque chaque matin, on découvre dans son quotidien qu'une nouvelle loi lance une interdiction. Tantôt, c'est  au nom du "principe de précaution" que les gouvernants ouvrent le parapluie pour s'abriter des retombées éventuelles; tantôt c'est au titre d'une véritable punition collective prise à la suite d'un fait-divers gonflé par la médiatisation! Ajoutons aussi l'influence pernicieuse des minorités actives et des groupes de pression qui, par un jeu de relations efficaces obtiennent satisfaction auprès du pouvoir. Tant d'abus pourraient pousser la Liberté, celle que Delacroix a si bien imagée, à remonter sur sa barricade!

Claude Le Roy

Moderne

"Il faut être absolument moderne" a commandé Rimbaud, l'illuminé d'une "Saison en enfer". Et combien d'autres l'ont suivi! En ce vingt et unième siècle, être moderne devient le cri de ralliement des jeunes et des moins jeunes.

Même le pape, en renonçant à sa charge, aurait fait preuve, selon les commentateurs, malgré son grand âge, de modernité ! Etre moderne, c'est se vouloir à la mode. Je ne pense pas que ce fût ces jours derniers le souci majeur du saint père.

En littérature (le terme convient mal à la production contemporaine, avouons-le), faire moderne devient  le mot d'ordre. Moderne? C'est à dire en écrivant comme on parle, rejetant aux oubliettes la syntaxe, la ponctuation, la langue même, caviardée de termes étrangers ("pour faire moderne!") et de barbarismes.

Se vouloir moderne, c'est réduire le poème au charabia ou au cri, la chanson au hurlement ou à l'insulte, la peinture au barbouillage... C'est, dans un scénario de film, bousculer le raisonnable pour introduire le farfelu et le rendre assez inintelligible pour que les snobs du modernisme pousse d'admirables clameurs.

Allons, n'épiloguons pas. Etre au goût du jour ne dure que le jour. La mode passe et lasse vite les médias friands de "nouveauté" ...moderne!!! Comme si la pensée humaine avait progressé depuis Platon!  

Claude Le Roy